Antoine Westermann est conscient que le monde de la cuisine évolue en permanence et par là même stimule la création. De chacun de ses concepts, il sait tourner la page et continuer le challenge.

Mon Vieil Ami, 2003 – 2016
Mon Vieil Ami est un des premiers bistrots de chef 3 étoiles Michelin et le premier pas hors d’Alsace du chef. Mon Vieil Ami est centré sur les légumes, Antoine Westermann y rend hommage à la cuisine ménagère des légumes de sa maman. Il choisit les meilleurs maraîchers pour l’accompagner. Mon Vieil Ami fait partie de la première génération des bistronomiques, Meilleur Bistronomique 2005 du guide Fooding. Il vend Mon Vieil Ami en 2016 afin de pouvoir se consacrer pleinement à l’ouverture de New York.

Drouant, 2006 – 2018
En 2006, Antoine Westermann rachète le célèbre, historique et littéraire restaurant Drouant (link) où sont décernés les plus grands prix littéraires français – Goncourt en résidence depuis 1914 et Renaudot.

C’est un énorme challenge culinaire pour le chef. Il revoit à sa façon l’art des hors d’œuvres à la française. Chaque client peut sélectionner 4 assiettes, et le nombre d’assiettes de hors d’œuvre se multiplie selon le nombre de convives, au fur et à mesure la table se décore de 18 petites assiettes aux saveurs différentes, un festival très apprécié et qui fera date. Il en est de même pour les desserts qui sont sélectionnés par thème et par 4, pour faire le bonheur des amateurs et curieux de desserts. La renaissance d’un classique qui fait date, et inspire.

Avec Drouant, il poursuit cette idée de fête à table en créant une rubrique « accompagnements de saison » (inclus mais au choix) » où le client peut choisir à sa guise ce qu’il souhaite accorder à son plat de viande, poisson ou crustacés.

Il rétablit les plats du jour avec des grands classiques français, comme la Bouchée à la reine, la Tête de veau vinaigrette, le Poulet-frite-salade, ou encore le Pot-au-feu. Ces plats sont souvent nominés « best off » parisiens, et les clients traversent la capitale pour leur rendez-vous hebdomadaire.

Il vend Drouant en Mars 2018 à la famille de restaurateurs Gardinier pour se concentrer uniquement sur les belles volailles.

Le Coq Rico – Le bistrot des belles volailles2012 – Le présent
Le Coq Rico est le tout premier restaurant mono-produit autour de la volaille.
Le chef Antoine Westermann, a longuement étudié puis mis au point une technique unique de pochage des volailles avant de les rôtir. Cette lente cuisson permet de préserver le goût spécifique de chacun des oiseaux et de valoriser sa texture.
Il ouvre sa première adresse à Paris en 2012, et la seconde à New York en 2016.
Il est nommé Meilleur Restaurant 2016, et sa populaire Ile Flottante au Top 10 des meilleurs plats 2016 par le New York Times.